www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
30 mars 2021

Audience DASEN situation sanitaire : compte-rendu

La directrice académique a de nouveau convoqué une audience d’urgence pour évoquer la situation sanitaire. Compte-rendu et interventions du SNUipp-FSU92.

La DASEN a commencé par présenter brièvement la situation :

Concernant le premier degré :

- Les nouvelles mesures de fermeture immédiate de classe lorsqu’il y a un élève positif ont vocation à maintenir les écoles ouvertes tout en assurant davantage la sécurité des élèves et des enseignant.es.
- La direction académique possède un outil de recensement des classes fermées, mais, en raison de saturation du logiciel, il est difficile d’avoir une estimation très précise du nombre de classes fermées dans le département. La DASEN estime qu’environ 2 à 3% des classes sont fermées aujourd’hui.

Nous sommes intervenus sur plusieurs points concernant le vide juridique et le manque d’anticipation du ministère, qui crée des situations d’incohérence et d’incompréhension sur le terrain.

En effet, dans les textes règlementaires, la notion de "télétravail" n’existe pas pour les enseignant.es. Le ministère n’a pas anticipé et n’a pas légiféré pour cadrer le travail des enseignant.es depuis le début de cette crise. Depuis un an, nous nous retrouvons donc à "bricoler". Les textes sont interprétés par les DASEN et les IEN, au fil de l’eau, quand les situations se présentent, ce qui est forcément très complexe sur le terrain.

- Autorisation spéciale d’absence (ASA) : des collègues vulnérables et des collègues cas contact sont placés en ASA. Dans les textes, ils n’ont pas à organiser la classe à distance, puisque le télétravail n’existe pas pour les enseignant.es. Mais un grand nombre de collègues travaillent quand même à distance > cela ne peut être qu’au volontariat, les IEN ne peuvent pas l’imposer.

- Enseignant.es dont la classe est fermée pour cas de COVID élève : dans les textes, tous les enseignant.es devraient se rendre sur leur lieu de travail s’ils ne sont pas eux-mêmes cas contact. Or, actuellement, ce serait contradictoire avec les consignes de confinement, le matériel informatique ne permet pas toujours de travailler de l’école etc. On voit bien là l’absurdité de la situation.

A la question : "en cas de fermeture de la classe, l’enseignant.e doit-il travailler de chez lui.elle, ou de l’école, la DASEN n’a pas donné de réponse toute faite > théoriquement, il faudrait être à l’école, mais ce ne serait pas logique d’imposer cela à tout le monde dans le contexte actuel. Donc, c’est à l’équipe enseignante d’organiser le service pour que la continuité pédagogique soit assurée, et que l’organisation de l’école ne soit pas mise à mal par l’absence de plusieurs enseignant.es. Il peut donc y avoir des enseignant.es qui assurent la continuité pédagogique de chez eux, et d’autres à l’école.

> Nous avons rappelé fortement à la DASEN qu’il fallait faire confiance aux équipes qui gèrent depuis le début cette crise et font fonctionner les écoles.

> Certain.es IEN imposent aux enseignant.es dont les classes sont fermées de venir à l’école. Nous leur écrivons pour s’insurger contre cette consigne et leur rappeler que la DASEN a parlé de souplesse et de confiance.

- Mails des IEN : nous avons dénoncé le ton des mails de certain.es IEN, extrêmement injonctifs, qui sont très mal perçus par les collègues. Continuez à nous faire remonter les difficultés.

Nous avons, tout au long de l’audience, continué à faire remonter les problématiques du terrain, le problème des masques, de la pénurie de remplaçants, la sensation de mépris etc.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.