SNUipp-FSU des Hauts de Seine
http://92.snuipp.fr/spip.php?article3350
CTSD du 6 février : mesures de carte scolaire et assemblée générale de grève
mardi, 6 février 2018
/ Elisa Raducanu

Pendant le comité technique carte scolaire, environ 300 personnes ont bravé la neige pour venir au rassemblement devant la direction académique. Une assemblée générale de grève a eu lieu, avec la participation de la FCPE.

Il y a été proposé :

- de mettre des banderoles devant les écoles, pour que le mouvement soit visible aussi pendant les vacances.

- une nouvelle journée de grève le jeudi 15 février, jour du CDEN (instance officielle qui acte les décisions du CTSD sur la carte scolaire avec des représentants des parents, des municipalités et de la représentation du personnel)

- associer et mobiliser les parents d’élèves : affichages, banderoles, réunions publiques...

- des cahiers de doléances à faire remonter à la DSDEN pour témoigner de la réalité du terrain.

- Demande d’une action nationale et commune à toute l’éducation nationale.

En raison de l’appel intersyndical à la grève ce jour, les représentants du personnel du SNUipp-FSU92 siègent avec un brassard de gréviste.

Compte-rendu du CTSD

Déclaration préalable du SNUipp-FSU92

PDF - 55.1 ko
Déclaration CTSD_6fev2018

Éléments donnés par la DASEN sur la préparation de la rentrée :

Effectifs :

Contrairement aux autres départements de l’académie, on assiste à une décroissance démographique scolaire de 1355 élèves, en particulier sur les élèves de petite section, grande section et CE1. Sur la maternelle, il y a 1100 élèves de moins en 2 ans (450 l’an dernier et 660 cette année). Sur l’élémentaire, 791 élèves de moins entre les deux rentrées.

Moyens du 1er degré :

Malgré une dotation positive en postes, de nombreuses classes ferment pour permettre d’assumer les priorités ministérielles (CP à 12 en REP et CP et CE1 à 12 en REP+).

Il reste une réserve de postes de 31,34 postes pour les ajustements de juin et de septembre.

Explications de la DASEN sur son projet de carte scolaire :

- C’est la baisse démographique qui expliquerait le grand nombre de fermetures de classe.
- Une attention particulière aurait été accordée aux écoles qui accueillent des élèves en ULIS ou en UPE2A.
- Le contexte local aurait été pris en compte : REP, CAPE et locaux disponibles dans les écoles.
- Remplacement : Le choix de créer des postes de brigades plutôt que de ZIL correspondrait à une analyse sur les besoins du département. Depuis plusieurs années, des ZIL seraient trop mobilisés sur des congés longs. Il faudrait donc conforter la brigade départementale pour pourvoir ces congés longs et pouvoir assurer à nouveau les remplacements courts.
- Les priorités nationales : le dédoublement des CP/CE1 se ferait sans désignation des enseignants dans les classes. La DASEN a affirmé que l’important est le projet pédagogique qui va être construit par les écoles. La liberté pédagogique est laissée aux enseignants. L’ensemble de l’équipe pédagogique doit prendre en compte l’organisation des CP. La situation physique des écoles (locaux disponibles) n’est pas un critère d’organisation qui passe au-dessus des préoccupations pédagogiques.
- Les Postes « Plus de maîtres que de classes » dans les écoles ordinaires et en REP : la DASEN a décidé de ne pas toucher à ces postes pour ne pas supprimer de moyens aux écoles « intermédiaires ».
- Suppression des postes « Plus de maîtres que de classes » en REP+ : d’après la DASEN, les classes de CP et CE1 étant dédoublées, ces postes ne seraient plus indispensables.

Interventions de la délégation du personnel du SNUipp-FSU92 :

- Postes de « Plus de maîtres que de classes » en REP+ : ces postes permettent de travailler autrement dans les écoles, en sortant de l’exercice solitaire du métier. Nous réaffirmons leur importance et demandons leur maintien, avec possibilité d’intervenir sur la maternelle et les autres niveaux d’élémentaire.
- Effectifs : nous sommes intervenus à nouveau sur toutes les situations des écoles dans lesquelles les effectifs sont élevés.
- RASED : les RASED permettent aux enseignants d’avoir des regards croisés sur les situations des élèves et de prendre en compte et en charge la difficulté scolaire au sein des écoles. Pour permettre ce travail pluri-disciplinaire, nous demandons la création d’une trentaine de postes RASED, et un nombre de départs en formation permettant de pourvoir tous les postes.

La directrice académique a modifié son projet en prenant en compte un certain nombre de nos interventions.

Vous pouvez consulter ci-dessous les mesures de carte scolaire de la DASEN :

Mise à jour du 8 février : l’ensemble des mesures en plus des ouvertures et fermetures de classes.

PDF - 71.1 ko
mesures carte scolaire

Nous avons voté contre le projet de carte scolaire de la direction académique :
- La dotation pour le département est insuffisante pour retrouver des conditions d’apprentissage et d’enseignement acceptables.
- Le projet de la directrice académique n’alimente pas les postes de RASED, fait monter les effectifs globaux et ne prend pas en compte les besoins de garder les postes « Plus de maîtres que de classes » en REP+.

Nous avons également dénoncé la proposition du nombre de départs en formation CAPPEI par la direction académique, puisqu’elle ne permettra pas d’alimenter suffisamment les RASED et de pourvoir tous les postes.

©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.