www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Echos des villes 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
6 février 2011

Echo de Colombes

La réunion parents, enseignants du samedi 5 février 2011 a réuni environ 80 personnes. Le compte-rendu des discussions et les actions envisagées.
JPEG - 61.9 ko
réunion du 5 février site

Introduction de Valérie Mestre et Evelyne Bouchouicha groupe scolaire Tour d’Auvergne.

Le Samedi 22 Janvier, des enseignants et l’association de parents d’élèves FCPE ont manifesté contre la casse, de l’école, la suppression de 16000 postes alors que le nombre d’élèves va croissant. Alors qu’il faudrait augmenter le nombre d’enseignants, pour donner à nos enfants le plus de chance possible, le ministère, le rectorat et l’Inspecteur d’Académie, veulent reprendre 71 postes dans le département dans les écoles maternelles et élémentaires, environ 120 postes dans le second degré.
Ils prévoient aussi de réduire la carte de l’Education prioritaire à quelques établissements, diminuant les moyens des écoles et collèges de Colombes situés dans les quartiers sensibles, surchargeant les classes, déstabilisant les équipes pédagogiques.

Cela pourrait signifier :
- La hausse des effectifs par classe
- La fermeture de classe
- La diminution des décharges de direction
- La disparition des classes de Toute Petite Section : A la maternelle Tour d’Auvergne, nous accueillons 21 élèves de TPS nés en 2008.
- La disparition des postes surnuméraires ( 1 poste à TA élem , 1 à Buffon qui aident dans les classes) et de RASED( Réseau d’Aide aux Enfants en Difficulté)
- Le non remplacement des enseignants absents ( disparition des ZIL)

Déjà les classes de 4ème soutien et 3ème d’insertion au Collège H Dunant ( Marguerite Duras) et Moulin Joly sont supprimées.

Le discours du Ministre sur l’élargissement de l’enseignement des langues vivantes aux enfants de 3 ans confine à l’absurde alors qu’à ce jour la généralisation n’est pas achevée dans l’élémentaire et que près de 800 postes seront prélevés sur les intervenants en langues vivantes. Les directeurs d’école sont également les premières victimes de ces coupes aveugles. Le temps de décharge accordé aux directeurs pour le fonctionnement de l’école est revu à la baisse.

Après l’attribution aux recteurs d’une prime au mérite pouvant aller jusqu’à 22 000 euros( c’est-à-dire plus d’une année de salaire d’un enseignant ) en fonction de la réalisation des objectifs de maîtrise de la dépense publique, le Ministre de l’Education Nationale Luc Chatel a annoncé fin janvier la création d’une autre prime au mérite pour les chefs d’établissements( secondaire ), en fonction des résultats aux examens de leurs élèves.
Ces critères « au mérite » sont une véritable machine de guerre contre l’Ecole de la république.
A l’heure où le gouvernement veut rendre les établissements autonomes laissant à la charge des collectivités locales leur financement, c’est une pression supplémentaire mise sur les chefs d’établissement et donc sur les établissements eux-mêmes. La conséquence de leur mise en concurrence risque d’être dramatique ! Faute de moyens pédagogiques, ce principe de prime va pousser les chefs d’établissement à « recruter » de moins en moins d’élèves issus de familles populaires.

L’éducation n’est pas à vendre. Elle doit être libérée du marché et gratuite ! C’est d’une transformation progressiste, dont l’école a besoin, pour satisfaire son rôle de service public, assurant partout et pour tous la qualité et l’égalité des conditions d’enseignement.

C’est tout le contraire qui doit être mis en place. Le gouvernement nous parle de plan contre l’illettrisme et supprime tout ce qui permet de lutter contre l’échec scolaire et le décrochage.

Le jeudi 10 Février, de nombreux enseignants seront en grève, pour l’avenir de l’école et surtout celui de vos enfants et de nos élèves.

Le moment n’est pas venu de se démobiliser. Aujourd’hui, c’est l’avenir de l’Ecole de la réussite de tous qui est remis en question. Nous demandons l’abandon des suppressions de postes programmé à la rentrée prochaine. L’Education nationale a besoin d‘un budget porteur d’un projet de transformation de l’école. La maternelle, l’éducation prioritaire et la formation professionnelle des enseignants sont des leviers essentiels pour une meilleure réussite des élèves. Dans cette situation d’urgence, l’école ne peut attendre !

Proposition de calendrier d’actions :
- Distribution sur le marché de Colombes –Centre le jeudi 10 février jour de grève dans l’Education Nationale

Word - 30.5 ko
tract ecole10 fevrier

- Manifestation locale avec RV mairie à 14heures pour aller devant l’Inspection Académique avec demande d’audience des syndicats enseignants du 92 et des associations de parents d’élèves ( FCPE 92) le samedi 12 Mars après-midi.
- Manifestation le samedi 19 Mars à PARIS à l’appel des 25 organisations pour l’Avenir de l’école
- Préavis de grève déposé par le SNUIPP pour la semaine du 4 au 8 avril . Le CTP pour la carte scolaire du primaire qui a lieu habituellement en février-mars a été reporté à après les élections cantonales des 20 et 27 mars (ce qui nous inquiète). Il se réunira les 4 et 5 Avril .
Nous connaîtrons le 29 mars les propositions de l’Inspecteur d’Académie fin Mars et déciderons d’une journée de grève ou plus pour les 4 et 5 Avril.

Une autre réunion est organisée dans la salle de la vie associative avenue H. Barbusse, lundi 7 Février à 18 heures.

De nombreuses interventions

- des parents d’élèves FCPE des écoles et des collèges de Colombes, de Jean-François Pibouleau le président FCPE de Colombes,
- des professeurs des collèges Gay Lussac, Moulin Joly, Jean Baptiste Clément, Marguerite Duras, du lycée Maupassant,
- des directeurs et enseignants des écoles,
- de Brigitte Gonthier- Maurin, sénatrice des Hauts de Seine, en charge des questions scolaires pour le groupe des élus communistes et républicains et parti de gauche qui a ensuite distribué la lettre que Roland Muzeau député de Colombes- Gennevilliers-Villeneuve a envoyé au resteur de l’Académie de Versailles, Monsieur Boissinot
- de Michèle Fritsch maire adjointe aux affaires scolaires de Colombes qui a évoqué la rencontre avec M. Le Maire, de l’Inspecteur d’Académie, Monsieur Rosselet, pour lui faire part des inquiétudes légitimes pour les écoles et les collèges de Colombes


Afin de rendre visible le malaise des enseignants face au démantèlement du service public d’éducation, suppression de postes : baisse des prises en charge des RASED, suppression des 2-3 ans en maternelle, suppression des ZIL (prévue pour 2012), formation des futurs enseignants..., mais aussi la montée des effectifs, le rythme scolaire et les aides personnalisées, les évaluations CE1 et CM2, les programmes alourdis...

L’assemblée générale de grève du 24 novembre 2009 a décidé de la tenue mensuelle de collectifs d’enseignants :

Le premier aura lieu à l’école élémentaire Langevin Wallon, 31 rue Jules Michelet (salle des maîtres),
mardi 8 décembre 2009 à partir de 17H *(bien-sûr les enseignants d’étude, de coup de pouce et d’aides personnalisées sont attendus dès que possible). Possibilité de parking derrière l’école, avenue Joliot Curie le portail sera ouvert.

Autant que possible, la venue d’un enseignant au moins par école est souhaitée. Cette réunion nous l’espérons permettra de ne pas rester isolés, de parler et de construire la suite de notre action.

Nous avons déjà pensé à une nouvelle "Nuit des écoles" vers janvier 2010 afin d’informer les parents et à une réunion de tout Colombes associant les associations de parents ensuite avec débat et manifestations...

 

18 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.