www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : CAPD - CTSD  / Comptes-rendus 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
14 octobre 2009

CAPD du 13 octobre 2009

A l’ordre du jour, les stages de formation

Le mardi 13 octobre 2009 s’est tenue la première CAPD présidée par M. Rosselet nouvel Inspecteur d’académie. Elle avait comme unique ordre du jour l’examen des candidatures de stage dans le cadre de la formation continue.
L’ensemble de la délégation du personnel a, sous la forme d’une déclaration commune SE & SNUipp, dénoncé le délai très court (une semaine) entre l’annonce et la tenue de cette commission. L’Inspecteur d’Académie s’est engagé à respecter le travail paritaire en nous proposant un calendrier des CAPD et en veillant à ce que les documents de travail nous parviennent toujours suffisamment à l’avance.

Les services de l’Inspection Académique ont rappelé que le barème était le principal critère. A ce sujet, l’Inspecteur d’Académie a émis l’hypothèse de revoir le barème dans l’idée de permettre à plus de jeunes collègues de bénéficier de la formation continue.
Concernant l’attribution des stages la délégation SNUipp92 est intervenue sur les points suivants :
  Plusieurs collègues avaient des vœux numérotés de façon identiques. L’administration nous a expliqué qu’ils avaient contacté les collègues ayant un barème qui permettait d’obtenir un stage, pour connaître l’ordre exact de leurs vœux
  Plusieurs stages ont vu leur mode de remplacement changer. Il s’agit pour l’inspection académique de trouver des supports pour pouvoir proposer aux PE1 deux semaines en stage en responsabilité. La durée et les dates sont donc modifiées pour les stages : 28, 46, 52. Ces trois stages ne couvrant pas la demande, des stages de circonscription vont être créés. Donc dès cette année, des étudiants n’ayant pas encore passé le concours, n’étant par conséquent pas fonctionnaires stagiaires, vont avoir une classe en responsabilité. Nous avons demandé et obtenu que les collègues concernés par ces trois stages soient informés de ces changements et valident ou non leur participation.
  Nous avons demandé pour quelle raison les collègues mis à disposition dans les circonscriptions avaient vu leurs vœux neutralisés, ne pouvant ainsi pas prétendre à la formation continue. L’Inspecteur d’Académie a décidé de revoir leur situation et de les intégrer dans les stages s’ils obtiennent des postes compatibles.
  Nous avons fait remarquer que le recrutement de candidat ou l’attribution de certains stages ne respectaient pas les règles permettant l’équité et la transparence. L’Inspecteur d’Académie est intervenu dans ce sens aussi.

Les questions diverses posées par le SNUipp92 :
- Nous avons demandé à ce que les collègues mis à disposition dans les circonscriptions à qui l’on demande d’effectuer des remplacements puissent toucher l’ISSR. L’Inspecteur d’Académie refuse de leur verser cette indemnité. Selon lui, leur statut de mis à disposition est différent de celui de remplaçant et ne peuvent donc prétendre au versement d’ISSR. Moralité : même travail mais pas même indemnisation !
  Nombre de mis à disposition : A ce jour 146 collègues sont encore mis à disposition dans les circonscriptions. Très prochainement chacun d’entre eux recevra un PV d’installation correspondant à un poste ou à une école de rattachement en attendant un poste.
  Nombre d’exéat / inéat : Actuellement, 45 exéats ont été réalisés, et 12 collègues sont entrés dans le 92. Rappelons que l’IA a décidé d’accorder tous les exéats pour rapprochement de conjoint en province.
  AVS : Il reste encore dans le département 60 enfants en situation de handicap qui n’ont pas d’AVS. Le recrutement des AVSI continue, il sera fait appel à des EVSH ( environ 100) en cas de besoins. Cela pose une fois de plus le problème de la formation et de la précarité. Un accompagnement des élèves par des personnes recrutées à différents niveaux, sur des contrats différents
  C’est en séance que nous avons été informés des révisons d’affectation. Nous avons ainsi constaté que des situations identiques n’aboutissaient pas au même résultat ! Nous avons aussitôt dénoncé le manque de critères clairement établis et demandé qu’à l’avenir ceux-ci soient précisés.

L’inspecteur d’Académie a annoncé que la prime pour les évaluations CE1 et CM2 de 400 euros sera versée aux collègues ayant fait le travail demandé tel qu’il est décrit dans la circulaire ministérielle du 6 juillet. L’administration enverra un mail dans toutes les écoles avec un modèle de courrier qu’il faudra renvoyer par la voie hiérarchique. Cette annonce, présentée par l’Inspecteur d’Académie comme étant une mesure d’apaisement, confirme le bien-fondé de nos interventions, tant au niveau national que départemental. Tous les collègues qui le souhaitent, ayant effectué ces opérations d’évaluation, y compris en utilisant un autre logiciel, notamment celui du SNUipp, seront indemnisés.

Les collègues qui ont suivi la consigne syndicale proposée par le SNUipp afin de protester contre l’organisation, les modalités et le contenu de ces évaluations ont permis de valider notre démarche de dénonciation de ce dispositif tronqué et empreint d’arrière-pensées.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.