www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Echos des villes 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 novembre 2008

Compte-rendu des Assemblées générales du 20 novembre

Des assemblées générales ont été tenues dans le département par le SNUipp, elles ont réuni près de 800 collègues.

Malakoff
40 collègues

Les discussions ont porté sur :
-  appel du collègue du 31 à la résistance : à étendre ?
-  60 heures : ne pas être tout seul à arrêter, décision des conseils des maîtres d’arrêter le soutien si suppression des RASED, faire bilan en décembre (pour les élèves, pour les RASED et sur le temps des enseignants) Les suites :
-  une autre journée de grève pour l’instant n’est pas envisagée
-  utiliser la lettre commune des 19 organisations pour des initiatives dans toutes les écoles
-  organiser une « veillée des écoles » vers les parents en reprenant tous les « mensonges » dit par X. Darcos
-  bilan des 60 heures

Clamart
60 collègues

Les discussions ont porté sur : gel des heures de soutien, soutien aux collègues entrés en résistance. Les suites :
-  mardi 25 novembre : réunion pour élaborer une adresse au maire et organiser une réunion à destination des parents (une dans le bas et une dans le haut Clamart)
-  manifestation un week-end le plus rapidement possible (éventuellement silencieuse)
-  manifestation le mercredi 3 décembre devant le Sénat : jour du vote du budget par sénateurs
-  déposer un préavis de grève pour permettre des actions locales

Puteaux/Suresnes
18 collègues et 8 écoles représentées

Nous étions donc nombreux. C’est le reflet de la forte mobilisation sur ces deux communes. Le taux de grévistes important semble être l’expression d’un ras-le-bol et notamment lié à la mise en place du soutien. Les suites : L’accent a été mis sur le fait qu’il faut informer massivement les parents. L’idée d’organiser une réunion publique Puteaux/Suresnes avec les fédérations de parents a été proposée et plutôt bien accueillie. C’est donc quelque chose que nous projetterions de faire au mois de Janvier. Il a aussi été décidé de nous retrouver après les vacances de Noël pour faire le bilan de la mise en place du soutien, et de demander une audience à l’IEN. De plus, des enseignants souhaiteraient aussi envisager des actions liées au soutien.

Clichy
74 collègues présents
Discussions sur les RASED (demander d’autres propositions aux conseils des maîtres), grosses inquiétudes sur les EPEP. Très grosse inquiétude des collègues sur le devenir de l’école publique et de ses valeurs. Prise de conscience que les RASED ne peuvent être que l’arbre qui cache la forêt.

Suites de l’action :
- La grève reconductible a été posée. Certains de collègues envisagent la grève reconductible mais sont plutôt pour qu’on envisage de construire le mouvement très fort avant.
- Distribution d’informations devant les écoles
- Une réunion publique est programmée pour Jeudi 27.11 à 20 H 30
- Manifestation régionale devant le salon de l’éducation au moment où Darcos se présenterait. Le 28 ou le 29 ?…
- Lettre de défiance signée par les professionnels ( PE, directeurs, IEN conseillers Pédago …) au ministre de l’EN
- Gel des heures de soutien au niveau national
- Proposition d’une journée nationale sur l’école ( portes ouvertes, débats, chercheurs….)

Remarques :
- Faire tout pour construire un mouvement fort
- Présence d’une délégation des élus de la municipalité : débat sur le SMA (position de la mairie)
- Présence d’une délégation de parents FCPE

Antony/Chatenay/Le Plessis
120-130 collègues

Propositions d’actions :
- Informer tous les jours les parents (kit SNU)
- Mettre en lien le blocage de l’aide personnalisée avec une réunion publique
- Semaine d’actions (vote indicatif : 80 pour, 24 abstentions, 3 contre)
- Trouver des outils médiatiques (exemple : envoyer des mails partout sur nos argumentaires)

Colombes
75 collègues présents

Propositions d’actions et débats :
- grèves perlées : accord majoritaire. Proposition : une première, le jour de l’ouverture du salon de l’éducation 27 nov 08 et manifestation là-bas
- Grève reconductible : 21/75 plutôt dans un deuxième temps.
- Boycott local des aides personnalisées : 43/75 Sur Colombes, faire remonter le bilan de la concertations sur le boycott par école pour le 28 novembre, début de l’action le 1er décembre (communication avec les familles). Tractage devant les écoles. Conséquences ?
- Boycott national des aides personnalisées : 66/75 Demande d’un mot d’ordre national.
- Manifestation hors du temps de travail : unanimité -1 voix Demande d’un appel par le syndicat pour des manifestations fréquentes (mercredi, samedi et dimanche) et au moins une pour le mercredi 3 décembre. La sénatrice Brigitte Gauthier-Morin pose une question sur la suppression des RASED au Sénat.
- Nuit des écoles, occupation avec les parents.
- Rendez-vous pour une réunion parents-enseignants primaire, secondaire... le lundi 8 décembre à 20h30 (lieu à définir sur Colombes, c’est la FCPE qui gère).
- Tractage sur les marchés de Colombes (centre et petit Colombes) dès dimanche 23 novembre 10h. _ - Inonder les adresses mail de l’IA, les fax, envoyer des courriers de revendication de parents, d’enseignants...
- Banderole sur toutes les écoles / Suppression de postes, RASED, Maternelle...

Nanterre
Une cinquantaine de collègues - Beaucoup d’interventions

Décision d’une nouvelle AG aux Provinces Françaises le vendredi 21 novembre à partir de 17h30 sur le thème : Quelles suites à la journée du 20.11 ? après que les collègues dans les écoles aient donné leurs avis pour que l’AG de vendredi soir fasse remonter leurs intentions (2 représentants ont prévu d’aller à la bourse du travail jeudi et rendre compte vendredi).

Les pistes proposées à l’AG de jeudi :

- mouvement fort et dur, grève reconductible avec convergence des luttes "fonction publique" (même s’ils sont d’accord sur le principe, les collègues disent qu’ils ne sentent pas les autres collègues prêts à partir dans cette action)
- une nouvelle journée de grève le 27 pour une action au salon de l’éducation (bien accueilli mais même remarque qu’au dessus)
- action collective de suspension de l’aide individualisée (attendu fortement mais des inquiétudes sur la capacité à faire collectivement)
- réclamer à la municipalité pour une plus grande implication, un positionnement clair à l’instar de G.Cazalis et J.Fraysse ; renouveler la demande de mise en oeuvre d’"assises sur l’école"
- continuer l’info et mobilisation des parents, partenaires indispensables ; passer par les conseils de quartier pour améliorer la visibilité des actions

Bagneux
60 collègues

Discussions sur : les jardins d’éveil, la veille de l’opinion, les heures de soutien,

Suites :
- Journées de grève "massées" : pour beaucoup, une journée de grève isolée a peu d’impact et pour pouvoir informer les parents il faut qu’ils comprennent à quel point la situation est grave, la proposition d’une grève reconductible de 4 jours (pour rester mobilisés une semaine complète, après… on verra !) et ce dès le jeudi 27 pour l’ouverture du salon de l’éducation.
- Distributions dans lieux publics : bonne idée mais serait peut-être plus efficace à une date précise au niveau départemental voir national. Certains se sont dit prêts à aller dans d’autres villes, rencontrer d’autres parents que ceux de Bagneux.
- soutien : certains collègues ont repris l’idée d’une « résistance » nécessaire, en tant que pédagogue professionnel de l’enseignement, a une absurdité pédagogique. D’autres suggéraient seulement l’idée de stopper le soutien pour transformer ces heures en temps de bilan (utilisant la grille proposée par le SNUipp : est-ce vraiment du soutien, quelle est l’efficacité du temps passé…).
- reprenant l’idée de résistance, certains pensent que nous sommes à un point de jonction du mouvement où il ne faut pas se laisser faire, où il faut faire savoir à l’institution comment on se positionne en avançant des arguments.

Gennevilliers
55 personnes, dont une vingtaine du secondaire.

Sujets abordés :
- la reconduction de la grève, demain, le 25, le 27, mais un certain nombre de collègues sont intervenus pour dire qu’ils n’étaient pas forcément prêts à partir en reconductible, surtout tout seuls.
- pause des 60 heures. Bien accueilli, mais nous n’avons pas eu le temps d’en discuter plus à fond
- le kit à l’adresse des parents
- se faire voir au salon de l’Education quand les VIP seront là : très bien accueilli
- appel intersyndical du Vaucluse pour la manif d’aujourd’hui, dont les revendications ont été reprises par l’AG à l’unanimité

Suite de l’action Grève reconductible votée à 27 voix pour, 20 abstentions et 4 contre
A partir du jeudi 27 19 pour (vote en opposition : mardi 25 15 voix pour)
AG demain à 17h30 à l’espace Grésillons, pour faire le compte des collègues prêts à partir après discussion dans les écoles demain et AG lundi à 18h à la Bourse du Travail

Courbevoie

24 collègues

Les avis exprimés ce matin à l’AG montraient l’importance de conserver une forte mobilisation des enseignants et de convaincre les parents des dangers qui pèsent sur l’école publique. Il a été décidé d’essayer de sensibiliser les parents en tractant devant les écoles, les raisons de notre mobilisation et de les convier à des réunions publiques par quartier pour leur expliquer la situation de l’école avec le train de mesures gouvernementales Certaines écoles ont déjà entrepris cette démarche et les échos et soutiens des parents sont positifs. Cela permet également de faire entendre une autre voix que celle d’un ministre méprisant et des médias qui focalisent sur le service minimum d’accueil. L’objectif est de les amener à ce joindre à une manifestation hors temps scolaire comme celle du 19 octobre.

De nombreux autres points ont été évoqués :

- Suppression de postes (6000 postes pour 29 000 élèves supplémentaires)
- Suppression des RASED (3000 postes à la rentrée 2009)
- L’avenir des maternelles
- Les EPEEP et les menaces sur le statut de fonctionnaire
- L’agence de remplacement par des personnels hors éducation nationale
- Les 60 h d’aide : maintien ou boycott envisagé à l’instar de certaines communes du 92, 75, 94
- Le service minimum et les difficultés ou réticences de certaines communes à l’organiser en cas de grève massive, ce qui fut le cas aujourd’hui.
- Le démantèlement progressif du service public d’éducation.

 

25 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.