www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 mars 2008

Stages de remise à niveau

Fausse bonne idée

Fausse bonne idée

Prétendre diviser par trois l’échec scolaire lourd par cette mesure n’est pas crédible. Cela l’est d’autant moins que les départs en formation spécialisée et des postes E et G sont supprimés dans certains départements. Renvoyer le traitement de la difficulté hors du temps scolaire pointera l’élève en échec, au risque de le stigmatiser davantage, sans lui permettre de donner plus de sens à ses apprentissages, ni de développer son autonomie. Enfin l’enfant qui rencontre des difficultés scolaires doit aussi bénéficier de moments privilégiés sur le plan culturel et familial. Il a autant besoin de vacances que les autres enfants.

La réussite de tous les élèves est une préoccupation constante des enseignants. Cette réussite passe par la mise en place, en tout premier lieu, d’aides individualisées au sein de la classe, si nécessaire avec les RASED. Elle s’appuie sur l’hétérogénéité du groupe classe qui permet d’apprendre ensemble. Le SNUipp demande, pour permettre le travail en petits groupes « plus de maîtres que de classes », des équipes de RASED renforcées, des remplaçants en nombre suffisant, un allègement des effectifs par classe, des actions de formation, trois heures de concertation pour le travail en équipe. Cela favorise la réussite de tous, et plus particulièrement des élèves les plus en difficulté, sur le temps de classe.

Investir 23,5 millions d’euros pour payer des heures supplémentaires, alors que l’école a besoin de créations importantes de postes, n’est pas acceptable.

« Travailler plus pour gagner plus »

Alors que la profession se mobilise pour obtenir des hausses de salaires pour tous pour le même temps de travail, ce processus valide de fait la conception d’une hausse des revenus uniquement basée sur les heures supplémentaires.

D’ailleurs, les collègues professeurs des collèges et lycées subissent déjà cette politique salariale, puisque les suppressions de postes dans leur secteur sont compensées par des heures supplémentaires pour assurer les cours dans leurs établissements. L’augmentation du pouvoir d’achat des enseignants ne doit pas passer par des mesures individuelles du type « travailler plus pour gagner plus ».

Certain d’entre nous serons plutôt dans le « travailler plus pour gagner moins » : nos collègues de CM et directeurs, notamment.

Cadrage ...ou non cadrage

L’ensemble du dispositif repose uniquement sur une « note » envoyée aux recteurs et aux IA par notre Ministre.

Le caractère précipité de cette décision, hautement médiatisée, amène notre administration à faire des appels à candidatures sans aucun cadrage réglementaire (quelles responsabilités des directeurs ? Quelle responsabilité des collègues engagés ?...). Nous avons interrogé l’Inspecteur d’Académie sur ces questions lors de notre audience du 19 mars. Seule certitude : ce dispositif se déroulera sur un temps Education Nationale. Donc il y a responsabilité partagée pour les directeurs (type ELCO). Dans le cas où le directeur ne participe pas au stage, il serait considéré comme absent. Malgré tout, sa responsabilité demeure.

Pour toutes ces raisons, le SNUipp appelle les collègues à ne pas entrer dans ce dispositif.

 

29 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.