www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
13 juin 2017

EXEAT : Envoyez-nous vos témoignages et retrouvez ceux des collègues, que nous publions un peu chaque jour. Tous les témoignages seront remontés au rectorat.

Depuis plusieurs années, sortir du département des Hauts de Seine pour aller enseigner ailleurs devient le parcours du combattant. De nombreux collègues se retrouvent dans des situations extrêmement difficiles à vivre. Envoyez-nous vos témoignages !

De nombreux collègues n’ont pas obtenu satisfaction aux permutations pour changer de département et participent aux ineat-exeat, dont la CAPD aura lieu jeudi 15 juin.

Sortir des Hauts de Seine devient de plus en plus compliqué, en raison du déficit en personnel.

Les collègues en situation de rapprochement de conjoint se retrouvent dans des situations familiales extrêmement difficiles à vivre : séparation des enfants pendant plusieurs années, séparation du conjoint, difficultés financières...

Pour les collègues n’étant pas en situation de rapprochement de conjoint, il n’y a carrément plus d’espoir de sortir du département.

Cette situation est devenue complètement insupportable !

Pour le SNUipp-FSU92, enfermer les enseignants dans le département est un très mauvais calcul et ne contribue en rien en l’amélioration de la situation. Bien au contraire, envoyer un message d’ouverture rendrait le département plus attractif.

L’année dernière, nous avions conseillé aux collègues d’écrire au ministère, ce que beaucoup avaient fait. Ils étaient restés sans réponse. Néanmoins, la question du manque de mobilité dans certaines académies dont la nôtre avait commencé à être médiatisée.

Nous vous invitons à nous envoyer vos témoignages pour que nous puissions porter au mieux votre parole auprès de l’administration, et pour pouvoir communiquer à partir d’exemples concrets. Nous publierons sur notre site des témoignages anonymes.

Témoignage de collègues :

- Mon enfant montre un comportement fragile et a développé une hypersensibilité, une tristesse évidente et de la fatigue permanente. Il a perdu toute estime de soi et est la cible de harcèlement au sein de son école. L’équipe médicale qui le suit nous a exprimés sa grande inquiétude sur son état psychique et nous demande de reprendre une vie familiale unie et non séparée telle qu’elle se présente actuellement. Un courrier médical a été remis au médecin de l’Education Nationale pour l’informer de la situation médicale fragile de mon enfant et des conséquences sur sa santé mentale, psychique, sociale et scolaire. Les tests réalisés dernièrement montrent un besoin urgent de commencer une psychothérapie avec la présence des deux parents afin que celle-ci puisse avoir des effets positifs sur sa santé mentale. Il est impossible de débuter une psychothérapie puis de la rompre pour redéfinir une autre équipe dans une autre région et il est totalement difficile de réaliser de bons résultats si les deux parents ne sont pas présents au quotidien.

- Mariée, 2 enfants. Voilà que pour la 3ème fois ma demande de mutation m’est refusée par le 92 malgré ma demande au titre de rapprochement de conjoint et mes 2 enfants en bas âge (4 mois et presque 3 ans).

Mon mari et moi sommes originaires de la région lyonnaise tous les 2. Il y a 2 ans nous avons eu la chance que mon mari ait été muté à Lyon. Cela fait donc 2 ans que nous vivons là-bas.

J’estime qu’après avoir exercée 8 ans dans le 92, je peux avoir le droit de revenir auprès des miens.

450 km séparent Lyon de Paris... Comment faire pour occuper mon poste ?

Des allers-retours tous les jours sont impossibles !

Avoir un appartement à Paris et un appartement à Lyon sont financièrement inenvisageable ainsi que séparer mes enfants de leur papa la semaine... Il est hors de question que mes enfants paient pour l’absurdité du système.

La situation me concernant est ubuesque ! Le département demandé, le 69, est également déficitaire en enseignants et il m’accorde mon inéat depuis 3 ans !

Le 92 restant sur sa position de ne laisser partir personne, prive une enseignante d’exercer son métier !

Les départements déficitaires recrutent sur Pôle Emploi des étudiants en licence pour enseigner alors que des enseignants expérimentés comme moi (12 ans d’expérience) se retrouvent en disponibilité car ils n’ont pas le choix !

C’est tout simplement fou. Nous marchons sur la tête.

Sans compter que cette situation joue sur ma santé morale et sur le bon équilibre familial !

Je me sens totalement prisonnière, prise en otage dans un département dans lequel je ne vis et ne travaille plus depuis 2 ans et bientôt 3 ans !

C’est inhumain et déraisonnable d’agir ainsi ! Je compte sur le nouveau président et le nouveau gouvernement pour que cela change !

- A la rentrée de septembre 2017 je fais comment pour élever, allaiter mon bébé qui aura 4 mois, m’occuper de mon père handicapé à LIMOGES dans la Haute Vienne (87), vivre un peu avec le papa de mon bébé et travailler dans le 92, tout ça sur deux départements séparés de 400 kms, sans devenir folle et tuer mon bébé, alors que l’académie de LIMOGES est d’accord pour m’accueillir ?

 

50 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.