www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 février 2017

Négociations préalables à la grève : compte-rendu

Le SNUipp-FSU a posé deux préavis de grève pour les collègues du département : un pour le 23 mars sur les rythmes scolaires et un autre pour le 6 mars, jour du CDEN pour les équipes qui souhaiteraient se mobiliser contre le projet de carte scolaire pour l’année 2017-2018. Le DASEN nous a donc reçus en audience de négociations préalables à la grève sur ces deux journées. Voici le compte-rendu des échanges.

Rythmes scolaires

Nous avons fait part au DASEN de la souffrance engendrée par la mise en place de la réforme exprimée par les enseignants du département, dans un contexte où les temps de transport sont très longs, où les droits des personnels sont réduits, où les conditions de travail se sont dégradées.

Nous nous sommes basés sur les nombreuses rencontres avec les collègues ainsi que sur les enquêtes en ligne que nous avons reçues.

> Le fait qu’il n’y ait plus de pause le mercredi a densifié les semaines : fatigue personnelle et professionnelle, manque de temps pour préparer sa classe, manque de temps pour le travail en équipe, vie personnelle et familiale plus compliquée.

> Les relations avec les mairies se sont complexifiées : mise en place du peri-scolaire parfois au détriment du scolaire, partage des locaux problématique, différence de culture entre l’école et le personnel municipal, flou créé entre le temps scolaire et le temps péri-scolaire pour les familles.

Nous avons demandé à ce que cette souffrance soit entendue et reconnue, que le DASEN s’engage à la faire remonter au ministère d’une part et qu’il s’engage à se retourner vers les circonscriptions pour avoir un état des lieux précis et des remontées du terrain.

Le DASEN a reconnu que la mise en place de la réforme dans le département était très loin d’être satisfaisante. Il partage notre analyse sur les difficultés posées. Il a également reconnu que les comités de pilotage locaux s’étaient dissous dans beaucoup de villes.

Il s’est donc engagé à :

> Faire remonter au ministère.

> Se retourner vers les circonscriptions pour avoir un état des lieux précis.

> Nous accorder une audience avec délégations de villes le jour de la grève du 23 mars.

A la suite de cette discussion, nous décidons de maintenir la journée d’action du 23 mars et invitons les collègues du département à se mobiliser et à construire une action qui puisse prendre de l’ampleur.

Le projet de carte scolaire

Nous avons interpellé le directeur académique sur son projet politique de carte scolaire :

Il décide de consacrer un nombre important de postes aux conseillers pédagogiques et en parallèle, ne donne pas davantage de décharge aux maîtres formateurs qui sont sur le terrain. Il crée des postes de CPC pour l’ASH, et en parallèle, il ne crée pas de postes de RASED alors que beaucoup de RASED sur le département ont encore du mal à fonctionner parce qu’ils ont été amputés. De plus, il nous semblait plus pertinent d’utiliser des moyens pour donner du temps aux nouveaux directeurs pour s’approprier les ressources et prendre en main leur fonction plutôt que de créer des directeurs référents. Nous sommes également intervenus sur les modifications des missions des CPC suite à la réorganisations des circonscriptions et à la création des nouveaux postes.

Le DASEN nous a expliqué son projet :

-  L’idée des CPC spécialistes de la formation des enseignants en début de carrière est de permettre une entrée accompagnée dans le métier.

-  L’idée des CPC ASH est de permettre des réponses plus adaptée à la prise en charge des élèves à besoins particuliers et d’accompagner les équipes.

-  L’idée des directeurs référents est une expérimentation qui permettrait de créer du lien entre les directeurs et de s’entre-aider sur des difficultés du quotidien et pas particulièrement pour aider les directeurs débutants.

-  Le DASEN a tout de même reconnu qu’il y avait un réel problème de prise en charge de la difficulté scolaire ordinaire dans les écoles et que les enseignants souffraient d’un véritable manque de formation et d’accompagnement, ainsi que de possibilité de travail collectif.

Nous avons fait remarquer au DASEN que la relation entre les équipes de circonscription et les écoles était souvent compliquée, trop hiérarchisée, tendue, défiante.

Il s’est donc engagé à :
-  Travailler sur la relation entre les équipes de circonscription et les enseignants dans les écoles.

- Réunir les conseillers pédagogiques pour travailler avec eux sur l’évolution de leur mission.

-  Expliquer son projet largement.

Nous ferons part à la profession de la totalité des mesures de carte scolaire suite au CTSD qui se tiendra vendredi 3 mars.

Nous décidons de maintenir ce préavis de grève pour les collègues qui souhaiteraient se mobiliser suite aux annonces de mesures de carte scolaire dans leur école.

 

23 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.