www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
17 septembre 2015

Un plan départemental de formation continue à couper le souffle !

Le Plan de Formation ne comprend que 9 « stages » de quelques jours pour près de 8 000 enseignants. L’offre de formation continue à candidature individuelle n’a jamais été aussi pauvre dans le 92.

En déplacement à Dijon, la ministre a annoncé à cette rentrée un effort exceptionnel en faveur de la formation continue. Effectivement notre secteur en avait bien besoin puisque même la Cour des comptes s’était alarmée, au mois de mai dernier, de la faiblesse de la formation continue dans l’Éducation Nationale.

De plus, il était possible de lire dans la circulaire de rentrée dans la partie qui traite de la formation : « Les réformes engagées doivent mobiliser des pratiques pédagogiques diversifiées, innovantes, capables de répondre aux besoins pluriels des élèves. Ces évolutions exigent que les équipes puissent s’appuyer sur une formation renouvelée et ambitieuse ainsi que sur des ressources de référence, opératoires, efficaces, actualisées. » Qu’en est-il concrètement en cette rentrée ? Et bien l’offre de formation continue à candidature individuelle n’a jamais été aussi pauvre dans le 92. Le Plan de Formation ne comprend que 9 « stages » de quelques jours pour près de 8 000 enseignants. Effectivement le plan de formation dans les Hauts-de-Seine est à couper le souffle ! Comment croire, dans ces conditions, qu’il sera possible d’être formé aux nouvelles pratiques professionnelles concernant le langage, la compréhension du nombre, la découverte de l’écrit, le développement du jeune enfant en maternelle … ou encore la laïcité, la mise en œuvre des débats sur les dilemmes moraux dès le CP ?

Pourtant, comme le rappelle l’OCDE, la formation professionnelle continue a autant d’importance, si ce n’est plus, que la formation initiale dans le succès d’un système d’éducation. A titre indicatif, à Singapour, tous les enseignants bénéficient de 100 heures de formation par an. Changer l’école ne s’obtient pas d’un claquement de doigt, fusse-t-il exceptionnel. Il est urgent de proposer un plan de formation continue consistant et de qualité aux enseignants du premier degré. C’est aussi cela la priorité promise au primaire.

Impossible de ne pas faire le lien avec la formation initiale. En effet, la disparition d’une formation professionnelle progressive intégrant différents types de stages dont les stages en responsabilité, a entraîné la disparition des stages longs à candidature individuelle dans le Plan Départemental de Formation. Le bilan que l’on peut faire de cette première année de formation initiale avec la mise en place des ESPE est catastrophique. Les stagiaires sont écartelés entre les exigences de l’Université et le temps de préparation qu’impose la prise en charge d’une classe. Pour le SNUipp-FSU, cette « réforme » de la formation initiale doit être remise à plat avec comme principe de base de ne pas utiliser les stagiaires comme moyen d’enseignement. Tout au long de l’année dernière, nous sommes intervenus au niveau départemental et académique pour dénoncer les conditions que vivent les PES à 50%. Nous avons obtenu de petites avancées et continuerons d’intervenir très fortement cette année.

Le SNUipp-FSU continue d’exiger la mise en place d’une formation initiale et continue ambitieuses à la hauteur des enjeux pour une école de la réussite de tous.

 

34 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.