www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : ASH 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
28 septembre 2003

Les structures spécialisées

Définitions des différentes structures spécialisées

SEGPA : Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté

Elles accueillent des élèves présentant des difficultés scolaires graves et persistantes et doivent permettre aux adolescents d’acquérir une formation qualifiante de niveau 5. L’admission en SEGPA relève de la CDOEA (commission départementale d’orientation vers les enseignements adaptés du 2nd degré).

Qui peut enseigner ?

- Des instituteurs ou PE spécialisés option F pour ce qui relève de l’enseignement général
- Des professeurs de lycée professionnel
- Des PEGC ou certifiés pour l’EPS, les sciences physiques, les langues vivantes.

UPI : Unité Pédagogique d’Intégration

C’est un dispositif collectif d’intégration pour les collèges de 11 à 16 ans ou les lycées pour la scolarisation d’élèves porteurs de handicaps ou de maladies invalidantes. Elles ne doivent pas constituer une filière, mais un dispositif ouvert sur le collège. Elles peuvent accueillir des élèves sortant de CLIS, d’IME ou des élèves ayant pu bénéficier d’intégration individuelle. L’orientation en UPI est notifiée par la CDA. Tout élève d’UPI devrait être accompagné par un service de soin SESSAD, CMP, CMPP. Dans le 92, 2 sortes d’UPI : 10 pour des élèves présentant des déficiences sensorielles et motrices et 17 pour des élèves présentant des troubles de la fonction cognitive. Et après l’UPI… Actuellement, dans le 92, seulement 2 UPI en lycée professionnel. Donc quasiment aucune possibilité de continuité de scolarisation ou de formation dans une structure non spécialisée. Les élèves peuvent quitter l’UPI à 14 ou 15 ans pour entrer en IMPRO.

CLIS : Classe d’Intégration Scolaire

Les CLIS accueillent des élèves en situation de handicap (de 6-7 ans jusqu’à 12 ans). Le projet intégratif de la CLIS est inscrit dans le projet d’école afin de leur permettre de suivre totalement ou partiellement une scolarité dans une école ordinaire. A l’issue de la CLIS, les élèves peuvent être orientés en UPI ou en IME.

ITEP : Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique

Les ITEP accueillent les enfants et adolescents ou jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques dont l’expression, notamment l’intensité des troubles du comportement perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages. Ils permettent un travail d’élaboration psychique conduisant à l’inscription sociale des jeunes à travers un projet interdisciplinaire à visée soignante. Actuellement, on manque cruellement d’ITEP, un seul dans les Hauts-de-Seine à Chatenay-Malabry qui n’a pas d’internat.

IME : Institut Médico-Educatif

Certains enfants, en raison de leur handicap, ont besoin d’une prise en charge particulière dans un établissement spécialisé pour poursuivre leur scolarité. La prise en charge est assurée par du personnel médico-éducatif et des enseignants spécialisés.

Les IME comprennent : les Instituts Médico-Pédagogiques (IMP) et les Instituts Médico-Professionnels (IMPRO).

Les IMP ont pour objet l’éducation, les soins et l’enseignement aux enfants handicapés de 6 à 14 ans environ. Les IMPRO visent à une expérience professionnelle débouchant sur une formation et une insertion sociale et professionnelle qui peut être un emploi protégé réservé aux handicapés. Ils assurent un enseignement général et pré-professionnel, voire professionnel, à des adolescents déficients intellectuels de 14 à 20 ans.

CAMSP : Centre d’Action Médico-Social Précoce

Les CAMSP assurent le dépistage des handicaps, la prévention des accidents, la prise en charge et la rééducation des enfants de 0 à 6 ans présentant des déficiences sensorielles, motrices ou mentales. Ils cherchent à favoriser l’insertion du jeune enfant dans son milieu familial et social et à soutenir un développement harmonieux de ses capacités.

Qui y travaille ? Un directeur, une équipe médicale et para médicale (pédiatre, psychologue, orthophoniste ... ), des éducateurs spécialisés, une assistante sociale, du personnel Education nationale, s’il y a un protocole d’accord (instit ou PE spécialisés, psy scolaire).

CMP : Centre Médico-Psychologique

Les CMP ont pour rôle des actions préventives de diagnostic, de soins ambulatoires et d’interventions à domicile. Ils prennent en charge les enfants jusqu’à 16 ans environ présentant des difficultés affectives psychologiques ou familiales. Ils sont rattachés à la fonction publique hospitalière et sont tournés essentiellement vers l’aspect médical. Ils comprennent des psychiatres, des infirmiers, des psychologues, des assistantes sociales et éventuellement des orthophonistes, des psychomotriciens et des éducateurs spécialisés. Pas de CMP dans les villes en-dessous de 20 000 habitants.

SESSAD : Service d’Education et de Soins Spécialisés A Domicile

Le SESSAD peut accueillir les élèves en intégration individuelle dans les différents lieux de vie de l’enfant (sur le temps scolaire à l’école et au domicile) ou en intégration collective dans les CLIS ou les UPI. Ils apportent aide et soutien aux enfants, aux familles et aux équipes éducatives.

Qui intervient ?

Psychologues, médecins psychiatres (quand on arrive à les recruter), éducateurs spécialisés, orthophonistes, psychomotriciens et personnels spécialisés pour les services spécifiques..

Les SESSAD ont un agrément spécifique selon le type de handicap. Dans les Hauts-de-Seine, le SSEFIS de Baguer intervient pour les enfants malentendants, le SIAM de Suresnes pour les enfants mal voyants, 2 SESSAD pour les enfants atteints de troubles autistiques, les autres pour les enfants ayant des troubles importants des fonctions cognitives. Il manque également des places.

CMPP : Centre Médico-Psycho-Pédagogique

Ce sont des services médico-sociaux qui assurent le dépistage des troubles, le soutien éducatif, la rééducation ou la prise en charge thérapeutique du jeune, afin de favoriser sa réadaptation tout en le maintenant dans son milieu habituel. Ils reçoivent des enfants et des adolescents présentant des difficultés d’apprentissage, des troubles psychiques, psychomoteurs ou du comportement de nature à compromettre la poursuite d’une scolarisation dans le milieu ordinaire, voire le maintien de l’enfant dans son milieu familial.

EREA : Etablissements Régionaux d’Enseignement Adapté

Leur mission est de prendre en charge des adolescents en grande difficulté scolaire et sociale, ou présentant un handicap moteur ou sensoriel. Les orientations des élèves en EREA sont donc effectuées soit par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDA) soit par la commission départementale d’orientation vers les enseignements adaptés du second degré (CDO). La spécificité des EREA réside dans :
- la prise en charge éducative proposée par l’internat,
- l’offre de formation professionnelle qualifiante et diplômante dans le cadre des mises en réseau (SEGPA, EREA, LP) et des schémas régionaux,
- la scolarisation de jeunes en situation de handicap sensoriel ou moteur, renforcée par la présence d’un centre de soins et de plateaux techniques.

Hôpital de jour

Classe spécialisée accueillant des enfants à temps plein ou partiel. Ils peu#vent parfois être scolarisés en « classe normale » ou spécialisée à l’extérieur. Le temps scolaire est variable selon l’âge et l’état de cha#que enfant. Pour une orientation en CAMSP, CMP, CMPP, HDJ pas besoin de notification de la MDPH. Pour une orientation en CLIS, UPI, SESSAD, IME, une notification MDPH est nécessaire. L’orientation en SEGPA ne relève pas de la MDPH mais de l’Inspecteur d’Académie (CDOEA) L’obtention d’un AVS est automatiquement associée à la constitution d’un PPS, donc à une saisine de la MDPH, donc à une reconnaissance du handicap. En revanche, un PPS ne donne pas automatiquement droit à un AVS.

SAPAD : Service d’Assistance Pédagogique à Domicile

Les enfants et adolescents malades ou accidentés, qui se trouvent dans l’incapacité temporaire de fréquenter leur lieu habituel de scolarité, doivent bénéficier du droit à une aide pédagogique appropriée, pour permettre la poursuite de leur scolarité et le maintien du lien social indispensable. Le SAPAD s’inscrit dans la complémentarité du service public et garantit le droit à l’éducation à tout élève malade ou accidenté.

 

24 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.