www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
12 novembre 2014

Education Prioritaire : rassemblement le mercredi 19 novembre

La FSU92 (SNUipp92, SNES92 et SNEP92) appelle les enseignants des lycées, collèges et écoles qui sortiraient de l’éducation prioritaire ou qui devraient relever de l’éducation prioritaire à se rassembler devant la DSDEN le mercredi 19 novembre à partir de 14h00.

La FSU 92 a obtenu que les écoles et établissements qui le souhaitent soient reçus en délégation par la Direction Académique pour présenter leurs situations, en présence de représentants de la FSU (SNUipp, SNES et SNEP).

Faites-nous remonter les demandes d’audience afin que nous puissions organiser la délégation.

Appel de la FSU92

(SNUipp92 - SNES92 - SNEP92)

La France est l’un des pays où l’origine sociale influe le plus sur les résultats scolaires, et ce alors que la crise continue d’aggraver les conditions de vie de nombreuses familles.

La FSU92 regrette que la refondation de l’éducation prioritaire annoncée par la Ministre se fasse à moyens constants sans aucune réflexion préalable sur les besoins de l’ensemble des départements et alors que le ministère doit en intégrer un nouveau, Mayotte, et avec 18 nouveaux réseaux . Le ministère prévoit de labelliser 1082 collèges REP ou REP+ pour la rentrée 2015 contre 1076 en 2013, dont 18 sur Mayotte, ce qui signifie une baisse réelle de 12 réseaux. De fait, l’académie de Versailles, perd à elle seule, 9 réseaux, passant de 105 à 96 réseaux et rien que pour le département des Hauts de Seine 8 réseaux, passant de 28 à 20 réseaux (2 REP+ et 18 REP)… Alors que ces territoires sont reconnus pour leurs importants contrastes sociaux. Qui plus est, les lycées ne font pas partie, à ce jour, de la future carte de l’éducation prioritaire or rien que dans les Hauts-de-Seine 12 lycées, principalement dans l’enseignement professionnel, relevaient de l’éducation prioritaire.

Pour la FSU92, la carte de l’Education prioritaire doit être revue sur la base de critères partagés et nationaux. L’évolution des territoires et des populations justifie une nouvelle carte de l’Education Prioritaire, faite en toute transparence mais c’est la question des besoins qui doit être posée en premier. Ce sont les besoins qui doivent déterminer le nombre de réseaux et non l’inverse. A l’annonce de la nouvelle carte telle qu’elle est envisagée par la Direction académique, la FSU 92 constate aujourd’hui que des collèges, des écoles maternelles et élémentaires qui sont rattachées à ces collèges ainsi que des lycées vont sortir de l’Education Prioritaire alors que les difficultés sociales et scolaires y sont toujours présentes. De même, d’autres établissements (école, collège ou lycée) où la question d’un rattachement à l’éducation prioritaire peut se poser, ne sont pas dans la nouvelle carte. Le classement en éducation prioritaire à partir uniquement de collèges "tête de réseau", est une absurdité. Il laisse en dehors de l’éducation prioritaire un certain nombre d’écoles qui en relèveraient. Qui plus est, certains collèges dont le recrutement relève d’une mixité sociale très contrastée ne sont pas classés en éducation prioritaire alors qu’une partie importante de leurs élèves relèverait, en tant que tel, d’un classement ; mixité sociale que la FSU revendique dans son projet pour l’école.

La FSU92 revendique :

- Une carte établie en fonction des besoins et non à partir d’un nombre contraint de réseaux

- La possibilité de labelliser des écoles en dehors des réseaux de collège

- L’intégration de lycées dans la nouvelle carte de l’éducation prioritaire avec une réflexion sur les critères retenus.

- Une attention particulière pour les lycées, collèges et écoles qui sortiraient du dispositif

 

34 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.