www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 octobre 2014

Temps de travail et consigne syndicale : on continue autrement !

La mise en place de la consigne syndicale sur le temps d’accueil a permis de remettre sur la table la question des ORS et du travail invisible. Le SNUipp-FSU92 appelle les collègues à continuer de peser dans le débat, autrement, dans le cadre d’une consigne syndicale nationale.

Il y a de cela maintenant plus de 6 mois, le SNUipp-FSU92 a décidé d’interroger le DASEN sur la question du temps d’accueil avec en perspective une consigne syndicale en cas de non réponse. Au 1er septembre aucune réponse ne nous avait été donnée, nous avons donc comme cela était annoncé, commencé dès la pré-rentrée à mener campagne pour appeler les collègues à suivre notre consigne… Moins d’une semaine après la rentrée, le DASEN nous a envoyé une réponse écrite et a envoyé aux collègues de toutes les écoles une lettre menaçant de retrait de salaire celles et ceux qui suivraient notre consigne. Les arguments juridiques avancés par le DASEN n’étaient pas contestables (Cf article du 11 septembre sur notre site).

Néanmoins, la mise en place de notre consigne syndicale a contraint l’administration à reconnaître que les enseignants travaillaient plus que les 27 heures hebdomadaires d’enseignement et de réunion définies par le texte régissant nos obligations de service, et que le temps d’accueil faisait, entre autres, partie de ce temps de travail dit « invisible ». Le DASEN nous a même dit lors de l’audience du 29 septembre qu’il partageait les conclusions du rapport de l’INSEE de juillet 2013 que nous citions dans notre courrier, c’est à dire que les enseignants du premier degré travaillent en moyenne plus de 40 heures par semaine. La mise en place de notre consigne départementale (de même que l’interrogation sur le temps d’accueil posée à divers DASEN et recteurs dans toute la France) aura permis au niveau départemental, mais aussi au niveau national, de relancer la question du temps de travail des enseignants. Le fait que des équipes et des collègues se soient emparés de notre consigne et se soient adressés à l’administration aura contribué à faire émerger la reconnaissance de ce travail invisible. Cette question peut et doit maintenant être mise sur la table. C’est ce que le SNUipp-FSU a fait le 18 septembre lors de l’audience au ministère. Il a interpellé la ministre sur la question des ORS (obligations réglementaires de service), du travail invisible et des salaires pour demander l’ouverture de discussions. C’est peut-être une des premières fois où ces trois éléments sont posés en même temps sur la table.

Concernant la mise en place de notre consigne syndicale, nous ne pouvons que constater que nous n’avons pas réussi à établir un rapport de force suffisant avec l’administration. Pour le SNUipp-FSU92, il ne serait pas responsable d’ignorer cet état de fait ainsi que la réponse du DASEN qui a confirmé lors de l’audience du 24 septembre son intention d’effectuer des retraits de salaire. Pourtant, les questions de la reconnaissance de notre temps de travail, de la redéfinition de nos ORS, et de la revalorisation de nos salaires notamment en alignant le montant de l’ISAE sur celui de l’ISOE du second degré dans un premier temps, n’ont jamais été aussi prégnantes. La réforme des rythmes scolaires dont la mise en place à marche forcée dégrade encore un peu plus nos conditions de travail, rend encore plus urgent l’ouverture de discussion sur ces questions qui doivent être traitée en même temps.

C’est dans ce cadre et pour peser sur l’ouverture de discussions que le SNUipp-FSU appelle nationalement les équipes à utiliser librement les 108 heures. Le SNUipp-FSU demande que les 108 heures soient laissées à disposition des équipes pédagogiques qui en définiront elles-mêmes les contenus pour permettre une reconnaissance de la globalité de leur travail. Le SNUipp-FSU lance donc une consigne :

« 108 heures, c’est nous qui décidons »

 

- en utilisant librement les heures d’APC en fonction du projet arrêté par les équipes. 

- en ne faisant pas remonter les tableaux de contrôle des 108h.

L’administration doit enfin reconnaître la professionnalité des professeurs des écoles.

Nous mettrons prochainement sur notre site des outils à la disposition des équipes dans le cas où le tableau de contrôle a déjà été renvoyé et pour faire en sorte qu’adjoints et directeurs ne soient renvoyés dos à dos.

Pour transformer l’école, les conditions d’exercice du métier doivent s’améliorer, la confiance instaurée et l’engagement professionnel des enseignants pleinement reconnu.

JPEG - 25.3 ko
LOGO_108h_2

Lire l’article 108 h … « C’est nous qui décidons » sur le site du SNUipp-FSU

 

28 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.