www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
8 avril 2013

Mouvement 2013 : les postes bloqués

L’administration prévoit de bloquer 344 postes au prochain mouvement pour accueillir les PES.

Dans notre département, 344 postes ont été bloqués au mouvement pour permettre l’accueil des PES. La délégation du personnel SNUipp-FSU92 a découvert le nombre de postes bloqués et leur implantation le 5 avril à la parution du livret des postes. Cela signifie que nous n’avons à aucun moment été consultés sur cette question. Néanmoins, lors de la CAPD du 26 février, nous étions intervenus notamment pour demander à ce que sur une même école les postes ne soient pas bloqués deux années de suite. Et déjà l’an dernier, nous avions pointé les conséquences pour les équipes et les collègues. C’est bien toute la question de la mobilité dans notre département qui est remise en cause.

L’administration n’a pas communiqué sur cette question pour expliquer aux collègues qu’il y aurait des postes bloqués au mouvement et pourquoi. Au-delà d’une colère bien légitime quant au fait de voir s’évanouir la possibilité d’obtenir le poste désiré, les collègues pourraient peut être comprendre ce choix, encore aurait-il fallu que l’administration prenne le temps de leur expliquer. D’autant que les collègues subissent de plein fouet depuis trois ans les conséquences des fermetures de postes et de la réforme de la formation : en 2011 les très nombreuses fermetures de classe (autant de postes en moins combiné aux nombreuses et légitimes priorités carte scolaire qui en ont découlé), les postes bloqués en 2012 et en 2013.

Cette année, après une première analyse de l’implantation des postes bloqués commune par commune, il apparaît que le ratio postes bloqués/postes vacants varie énormément d’une commune à l’autre. Cela signifie que l’équité entre les communes n’a pas été respectée, c’est dans ce sens que nous interviendrons. Mais aussi et surtout sur la question de la formation : première responsable de cette situation. En effet dans l’état actuel de l’organisation de l’année de stagiaire, parler de formation est quelque peu inadapté, il nous semble compliqué de faire autrement que de protéger l’entrée dans le métier de nos collègues stagiaires. Depuis la mise ne place de la réforme de la formation, les stagiaires sont placés sur le terrain tout de suite après le concours et utilisés comme moyen d’enseignement avec très peu voire pas de formation théorique. Ce n’est pas notre conception de la formation et nous dénonçons cette réforme depuis le début. Le SNUipp-FSU revendique une véritable formation fondée sur des allers retours entre théorie et pratique, intégrant progressivement des stages de pratique accompagnée puis en responsabilité. L’entrée dans le métier doit être progressive.

Enfin, il ne faudrait que la question des postes bloqués devienne source de division dans la profession. Il ne s’agirait pas que titulaires et stagiaires s’opposent, alors que le responsable est bien ailleurs. Titulaires et stagiaires ont subi, de façon différente, la mise en place de la réforme de la formation. L’unité de la profession est essentielle à la fois pour le bon fonctionnement des écoles et pour la réussite de nos mobilisations.

Attention ! Il s’agit des postes vacants. Tous les autres postes sont susceptibles d’être vacants et ne sont pas bloqués. Il ne faut donc pas s’interdire de demander des écoles même si il y a un ou plusieurs postes bloqués.

 

30 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.