www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Début de carrière - Stagiaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 décembre 2012

Emplois d’avenir professeur : compte rendu d’audience

Le SNUipp-FSU 92 a été reçu par le DASEN et l’IENA le 18 décembre sur la mise en place du dispositif emplois d’avenir professeur dans les écoles du département en janvier 2013.

CR Audience Emplois Avenir Professeur

M. Rosselet et Mme Quillien étaient présents pour l’audience. Le DASEN a introduit l’audience en rappelant qu’il était dans une démarche de dialogue.

Au niveau Académique :

620 EAP étaient prévus dans les textes disponibles au niveau académique. Mme Quillien nous a annoncé qu’il y aurait 677 EAP pour le 1er degré et 48 pour le 2nd au niveau de l’académie. Vendredi dernier, la commission académique (comprenant des représentants des DASEN dont Mme Quillien ainsi que des représentants de toutes les universités) s’est réunie au niveau du rectorat. 150 dossiers de candidatures ont été étudiés.

Les critères retenus ont été les suivants (ceux définis dans les textes) :
- être boursier(e) de l’enseignement supérieur ;
- être étudiant(e) en licence 2 (principal public cible), en licence 3 ou en master 1 ;
- avoir moins de 25 ans (ou moins de 30 ans si vous êtes reconnu(e) en situation de handicap).
- La priorité pour les candidats ayant résidé au moins deux ans dans une zone urbaine sensible, dans une zone de revitalisation rurale ou dans un département d’outre-mer, à Saint-Martin, à Saint- Barthélémy ou à Saint-Pierre-et-Miquelon ainsi que pour les candidats ayant effectué au moins deux années d’études secondaires dans un établissement situé dans l’une de ces zones ou dans un établissement relevant de l’éducation prioritaire n’a pas été strictement appliquée car la commission a estimé que les demandes des étudiants boursiers habitant dans des quartiers mixtes voire favorisés étaient tout aussi légitimes.

126 candidatures pour EAP ont été retenues au niveau académique :
- 36 pour le 2nd degré
- 99 pour le 1er degré

Une autre commission se tiendra en janvier.

Au niveau départemental :

21 EAP sont attribués pour le 92. Les affectations se feront en fonction du lieu d’habitation et de la localité de l’université comme cela est indiqué dans les textes.

Mme Quillien a précisé que les écoles choisies étaient des écoles de formation pour les EAP où ils seront accueillis et inclus pour accompagner les projets des équipes. Elle a demandé aux IEN de cibler 10 écoles dans leur circonscription qui mettent en place des projets précis (type langue, sciences) en lien avec le projet d’école ou des projets d’écoles particuliers et qui « sont capable d’accueillir dans les meilleures conditions les EAP » (travail d’équipe). Le SNUipp-FSU a demandé à ce qu’un cadrage fort des missions des EAP soit donné afin d’éviter les dérives possibles dans l’utilisation de ces personnels. Cette demande a été entendue. L’administration nous a assuré que les écoles retenues devraient être consultées et formuler leur accord pour accueillir un EAP afin que la démarche d’inclusion souhaitée par l’administration pour les EAP soit réussie et que les EAP trouvent leur place dans la communauté éducative. Les EAP, en rentrant dans le dispositif, s’engagent à passer un concours de l’enseignement organisé par l’état et l’administration souhaite que cette expérience professionnelle soit un apport en ce domaine.

Le SNUipp-FSU92 a déploré le manque de transparence dans les démarches de repérage des écoles. L’administration s’est engagée à transmettre la liste des écoles d’affectation dès qu’elle sera fixée.

En ce qui concerne les tuteurs des EAP, l’administration nous a indiqué que ce ne serait pas les maîtres formateurs mais plutôt des collègues ou des directeurs. Une indemnité est envisagée. La circulaire pour définir le cadrage des responsabilités, des missions et des indemnités des tuteurs n’est pas encore parue. Les universités n’ont pas encore établies leurs plaquettes de formations pour les EAP, donc la place des tuteurs n’est pas encore définie. Le SNUipp est intervenu pour rappeler que les directeurs et les adjoints n’étant pas des formateurs, il ne peut en aucun cas leur être demandé de participer à l’évaluation de la formation des étudiants dans leur cursus universitaire.

Les décrets et circulaires définissant le cadrage des missions et responsabilités des EAP ne sont pas parus non plus donc l’administration attend les informations pour le cadrage départemental.

Le SNU a dénoncé le fait que les EAP sont des contrats de droit privé et a rappelé que nous revendiquons la mise en place d’un pré recrutement et que ce dispositif doit être inclus dans le parcours de formation. En effet, nous ne savons pas pour l’instant comment ce dispositif sera pris en compte dans le parcours universitaire des étudiants.

Le lycée Employeur et Payeur a été trouvé par l’administration : Lycée St James à Neuilly (agent comptable M. Fernier).

Les contrats devraient être signés en janvier. L’administration s’est engagée à ce qu’aucun personnel ne prenne son poste d’EAP sans la signature du contrat. Le SNU a demandé à recevoir un exemplaire de contrat.

Pour plus d’information sur le dispositif EAP, voir l’article sur notre site : http://92.snuipp.fr/spip.php ?article1666

PES

A la fin de l’audience, Mme Quillien est intervenue pour dire que pour les PES, les 36h de formation devaient, comme nous le réclamions lors de nos interventions, être incluses sur le temps de service et prises sur les 60h d’aide personnalisée : 36h de formation + 24h d’aide personnalisée. Elle s’est engagée à intervenir auprès des IEN afin que cela soit rétabli le plus rapidement possible.

 

12 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.