www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Hauts de Seine

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Début de carrière - Stagiaires 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
3 octobre 2011

Situation et indemnités des M1 et M2

Le SNUipp intervient auprès du Ministre et du Recteur

495,44 euros brut par semaine pour les étudiants effectuant leur stage de formation pour devenir professeurs des écoles. La circulaire vient aussi préciser la mise en œuvre des masters en alternance.

Quelles seront les conditions dans lesquelles se trouveront les étudiants en stage dans les écoles ? Apparemment tous ne seront pas logés à la même enseigne. Certains continueront comme l’an dernier à effectuer des stages inclus dans le master – observation/pratique accompagnée d’une part, responsabilité d’autre part – tandis que d’autres expérimenteront un parcours de master en alternance. Un parcours qui peut se décliner en « parcours alternés », ou en « voie de l’apprentissage au sein des masters existants », selon la dernière circulaire du ministère.

Une circulaire intitulée « Professionnalisation des formations de master pour les étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement », se veut une réponse au reproche quant à l’insuffisance de professionnalisation de la formation. Elle abroge celle de 2010 centrée sur l’ « organisation des stages ».

Stages M1 et M2

Peu de modifications quant aux stages en M1 et M2. Leur durée est de moins de 40 jours et ne peut excéder 6 semaines. Le public visé est identique, y compris la possibilité de stage en responsabilité pour un candidat « titulaire d’un master, admissible à l’un des concours et inscrit à Pôle emploi, au CNED ou dans un établissement privé ». Il est précisé que « c’est l’académie dans laquelle l’étudiant est admissible qui doit organiser la mise en stage ». La rémunération fixée en 2010 sur la base de 617,40 euros diminue et passe à 495,44 euros payés sur service effectué (sont exclus jours fériés, maladie, vacances...).

Formation en alternance dans le cadre du master

La circulaire de 2011 met l’accent sur une nouvelle forme de formation professionnelle fondée sur une alternance de travail (contrat AED envisagé, ou encore contrat de vacataire) et de formation théorique de façon expérimentale. Prévu au départ pour 200 étudiants dans 8 académies, un premier recensement fait état de près d’un millier d’étudiants dans 16 académies. Le volume de travail « ne peut excéder le tiers de service annuel du corps de référence », soit pour le premier degré si le stage est filé, 8 heures hebdomadaires plus 36 heures annualisées. Un cadre conventionnel est établi entre le rectorat pour l’accompagnement de l’étudiant, l’université délivrant le master, et l’établissement scolaire. La rémunération se décline sur les mêmes bases que précédemment soit 495,44 euros bruts en temps complet (septembre, novembre, janvier et juin). Pour les autres périodes, ce ne sera que 371,58 euros pour octobre, février, mars et 247,72 euros pour décembre, avril et mai. Il est précisé que la possibilité de percevoir les bourses universitaires, pour ceux qui y ont droit, est maintenue...

La voie de l’apprentissage

Les conditions de cette modalité ne sont pas clairement définies et posent un certain nombre de questions : la formation au métier d’enseignant pourrait s’effectuer dans le cadre d’un CFA universitaire ou sous l’autorité du Conseil régional pendant deux ou trois ans avec la conduite d’un « maître d’apprentissage ». La circulaire envisage que : « dans un premier temps les apprentis sont pris en charge par les chefs d’établissement ou les inspecteurs de l’éducation nationale pour le premier degré et participent ensuite plus directement à des missions de soutien aux enseignants ».

Dans les Hauts-de-Seine seuls des étudiants Master 1 sont en alternance. Ils viennent, à la veille de leur entrée en stage, d’apprendre la forte diminution de la rémunération qui leur avait été annoncée lors de leur inscription. Une décision qui risque encore d’aggraver les situations de précarité de certains étudiants. Le SNUipp a contacté l’UNEF et a demandé avec les 3 autres sections du SNUipp de l’Académie de Versailles (78, 91, 95) à être reçu par le Recteur.

 

13 visiteurs en ce moment

*Top SNUIPP92 3 bis rue Waldeck Rochet 92000 Nanterre - tél : 01 47 24 16 40 - Fax : 01 47 25 52 49 - FACEBOOK - snu92@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Hauts de Seine, tous droits réservés.